Archives de Tag: la Grande femme IV

Quand le socle devient sculpture : Giacometti à Grenoble

Musée de Grenoble

     Giacometti est avec Brancusi un des sculpteurs phares du XXIème siècle et il est à noter pour notre recherche que le socle fut pour l’un comme pour l’autre un sujet de réflexion, une vraie question de représentation de la figure dans l’espace. Aussi est-il très fructueux de regarder avec ce  beau site  du Musée de GRENOBLE  les oeuvres de Giacometti telles qu’elles s’offrent à notre regard, regard aiguisé par notre réflexion dans le cadre de cette exposition proposée jusqu’en juin 2O13. A présent avec Giacometti, le socle fait partie intégrante de la sculpture comme si le sol sur lequel marche ces figures restait collé à leurs pieds.

     Mais selon notre habitude, promenons-nous tout en d’abord dans le site du musée pour en apprécier ou en critiquer la navigation. Les concepteurs du site ont privilégié une esthétique toute de rigueur en gris et blanc égayée par du rouge pour attirer notre attention sur l’actualité du moment. Ainsi dans le déroulé déjà ouvert sur la barre d’outils : le Musée, les collections, les expositions, les activités, les ressources, Nous soutenir, Venir au Musée, seule l’icône  « expositions » est en rouge et  dans le autre déroule ouvert également trois noms : le premier Alberto Giacometti  est en rouge également suivi de Philippe Cognée et Un Nouveau Picasso qui eux restent en gris. C’est le premier site que nous rencontrons pour lequel la couleur fait signe. Cette manière de distinction  visuelle colorée est à la base des jeux de l’enfant aussi est-il révélateur de l’adéquation voulue et soutenue par le Musée de Grenoble d’être essentiellement pédagogique, non seulement pour les scolaires mais pour tout internaute baladeur connaisseur ou non de l’art. Puis la troisième colonne d’icônes offre en détail la promenade au sein de l’exposition Giacometti selon l’ordre suivant : Le parcours, La cage, La fondation, Les ressources, Les rendez-vous, Nos partenaires. Là encore une remarque concernant la rhétorique de présentation, nous sommes invités de manière logique et « classique depuis Aristote à aller du général au particulier. Cet ordre- là respecte toute approche  humaine et universelle d’appréhension soit de l’Autre soit des oeuvres.

     Si vous cliquez sur « Le parcours »  une nouvelle page redonnant la page d’accueil à gauche propose sur le coté droit en rouge orangé, trois temps : accueil, les expositions, Alberto Giacometti et sur la page la photo de la sculpture La Cage pour laquelle nous avons une affection particulière puisqu’elle « résume » à elle seule notre recherche : le socle de la cage étant incorporé à la cage elle-même, forme une seule et même sculpture. Je suis persuadée que Brancusi aurait été séduit par le travail de Giacometti même si le traitement du matériau diffère fondamentalement : l’un aimant les formes pleines avec des matériaux comme la pierre ou le marbre poli  alors que l’autre a construit en plâtre et terre une structure d’allure filiforme que  seul le bronze patiné solidifie.

     Sur la même page, un texte progressif propose de manière  détaillée le parcours  chronologique du travail de Giacometti : nous ne donnons que les titres si évocateurs pour vous donner envie d’aller  y voir de plus près et vous aider à mieux comprendre la justesse de notre recherche sur le socle. Si vous suivez cette exposition avec  nous grâce à ce site du Musée de Grenoble à propos de cette exposition des sculptures d’ Alberto Giacometti, nous sommes persuadées que notre recherche vous apparaitra limpide, n’est-ce pas ?

Alberto Giacometti Homme qui marche I/Walking Man I 1960 Bronze 180.5 x 27 x 97 cm Collection Fondation Giacometti, Paris (Inv. Nr.: 1994-0186) Photo: Jean-Pierre Lagiewski

Alberto Giacometti
Homme qui marche I/Walking Man I
1960
Bronze
180.5 x 27 x 97 cm
Collection Fondation Giacometti, Paris (Inv. Nr.: 1994-0186)
Photo: Jean-Pierre Lagiewski

L’exposition s’achève sur un espace consacré à la restauration de La Cage du musée de Grenoble, menée et financée par la Fondation Giacometti. A cette occasion, un documentaire a été réalisé qui est diffusé aux côtés notamment du chef-modèle de la sculpture de Giacometti.

Grande Femme IV

Grande Femme IV, 1960-1961 Bronze, 270×31,5×56,5 cm Fonte 1980-1981, épreuve Fondation Giacometti Collection Giacometti © Succession Alberto Giacometti (Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris et ADAGP, Paris) 2012

De plus, sur cette même page, la photo de la Grande femme IV, 1960-1961 illustre visuellement notre propos  le corps de cette « Grande Femme » semble pour toujours englué dans la glaise comme la tête posée  au cou immense lui aussi engué dans la socle de la terre « originelle » , elle encore posée sur un socle blanc muséal.

     Par contre si vous cliquez sur «  Accueil » en couleur orangé vous trouvez une page avec une photo de l’extérieur du Musée avec l’affiche immense donnant les dates butoirs 9 mars- 3juin 2013 apposée à l’extérieur du Musée, là encore un rappel visuel pour l’lnternaute avec une invitation à cliquer sur le lien actif : Visite guidée Exposition Alberto Giacometti samedi 13/04/2013 à 14h 30 et si vous cliquez dessus , une nouvelle pas vous accueille avec une photo d’un couple amoureux  se tenant par la taille qui visite le musée . Voilà une jolie manière d’insiter l’internaute à y venir en promenade pourquoi pas avec son compagnon ou sa compagne , manière discrète et induite de donner envie de venir se cultiver  pour le plaisir ! Les mêmes icônes en lien actif de la première page sont redonnées, ce qui confère à la navigation une clarté et une ergonomie remarquable et visuellement simple et redondante.

     Voilà donc, un site et une exposition que nous aimerions vous inviter à voir si, comme nous vous vous intéressez à ce rapport des sculptures et de leur socle et au- delà  à leur mise en place dans l’espace. Jean Paul Sartre disait des œuvres de Giacometti : l’artiste a atteint son but qui est de « faire le portrait d’un homme fait de tous les hommes et qui les vaut tous et que vaut n’importe qui » ; N’est- ce pas une vision plastique universelle de tout homme et de l’humaine condition ? A méditer certainement. Vous pourrez aussi lire in extenso les articles de la presse régionale et française sur l’exposition.L’article du Figaro est le plus documenté et le plus complet.

Points positifs :

  • excellente navigation
  • vidéo très bien filmée des salles du musée
  • interviews et texte lu en voix off qui informent suffisamment pour donner envie d’aller voir l’exposition

Points négatifs :

  • aucun  selon nous
Publicités
Tagué , , , , , ,